Bio

Née, vit et travaille à Montréal, Canada.

Mettant à profit la vidéo, la photographie et l’installation, le travail de Natascha Niederstrass s’inspire en particulier de l’histoire de l’art, de faits-divers, de la scène de crime et du cinéma d’horreur de façon à souligner l’ambiguïté des signes et des codes culturels acceptés comme des vérités qui s’avèrent trompeuses par rapport à une réalité qui bien souvent nous échappe.

Fascinée par les questions de narrativité, elle explore les possibilités offertes par les méthodes de reconstitution, opérant spécifiquement dans les marges entre les notions de vérité et de fiction. Niederstrass choisit souvent d’utiliser une esthétique forensique afin de transporter le spectateur dans l’exaltant processus de reconstitution d’une histoire, d’une scène, d’une action spéculative ou d’un événement exclu du « visible ».

Diplômée de l’Université Concordia à Montréal (BFA) et de l’Université York à Toronto (MFA), Natascha Niederstrass a présenté plusieurs expositions individuelles et collectives en galerie et centres d’artistes. Son travail fait partie des collections du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée d’art de Joliette, de la Banque Nationale du Canada, de la Ville de Longueuil et de la Ville de Laval. Elle a complété une résidence à VU Photo à Québec en juin 2021 pour développer un nouveau corpus qui fut présenté en 2022 dans le cadre de la 10e édition de la Manif d’Art de Québec. À l’hiver 2021, elle réalisa également une résidence de recherche au Centre SAGAMIE en duo avec l’artiste saguenéenne Caroline Fillion dont le résultat des recherches fut diffusé à Occurrence – espace d’art et d’essai contemporains et au Centre SAGAMIE. Son premier livre d’artiste Stress aigu fut publié par Les Éditions Rodrigol au début de l’année 2022.

CV-FR