The Missing Week

THE MISSING WEEK

 

‘‘Toute œuvre d’art est un crime non perpétré.’’W. T. Adorno, Minima Moralia.

Dans cette série installative intitulée The Missing Week, l’artiste illustre les différents endroits où Elizabeth Short, aussi surnommée le « Dahlia Noir », a été identifiée par de nombreux témoins lors de la fatidique semaine de sa disparition avant sa mort en 1947. 

À l’aide de documents d’archives et des recherches publiées par Steve Hodel, détective privé, ancien enquêteur de la police de Los Angeles et fils du présumé meurtrier d’Élizabeth Short, l’artiste a pu produire cette suite d’images prises aux endroits même des lieux d’identification, 66 ans plus tard. Cette série photographique reconstruit le parcours de la victime afin de réactualiser ses déplacements menant à l’événement de sa mort. Cette reconstitution visuelle et descriptive révèle une superposition anachronique des lieux produisant une narration teintée par l’histoire. 

La visée de Niederstrass est double : alors qu’elle questionne la véracité des propos tenus dans les articles de journaux de l’époque qui légitiment indirectement cet acte barbare auprès du public, elle use du fait divers présent dans l’imaginaire collectif, faisant référence au sensationnalisme criminel, pour réconcilier le spectateur néophyte avec l’art actuel qui souvent, à priori, peut lui paraître hermétique. Le spectateur dès lors impliqué s’adonne à reconstituer une histoire, un événement qui est exclu du visible.

___________________________________________________________________

‘‘Every work of art is an uncommited crime.’’  - W. T. Adorno, Minima Moralia.

In this installative series titled The Missing Week, the artist illustrates the different places where Elizabeth Short, also known as the « Black Dahlia, » was identified by numerous witnesses during the fateful week of her disappearance before her death in 1947. 

Using archival records of the LAPD (Los Angeles Police Department) and research published by Steve Hodel, a private detective, former police investigator in Los Angeles and son of the alleged murderer of Elizabeth Short, Natascha Niederstrass has produced this sequence of images taken at the same locations where she had been seen and identified, 66 years later. This photographic series reconstructs the path of the victim in order to update her movements leading to the event of her death. This visual and descriptive reconstruction reveals an anachronistic superimposition of these places at different times to produce a narrative tainted with history. 

In relation to this body of work, Niederstrasss’s aim is double : while she questions the veracity of the statements made in several newspaper articles of the time that indirectly legitimize the killing to the public, she uses forensic aesthetics that can be a surprisingly effective tool, for it serves both as an approachable way for the general public to pry open the often hermetic shell of contemporary art, and as a viable critical model for understanding art that relies on clues, obscurities, and residue. It enables the viewer to reconstruct a history, a scene, a speculative action or event which is excludes from « the visible ».