Drawing conclusions

 DRAWING CONCLUSIONS : THE ANALYSIS OF PATTERNS

 

Ce projet intitulé Drawing Conclusions: The Analysis of Patterns se penche sur la question de la présence de l’objet d’art en tant qu’indice et référent à ce qui est absent. Les images qui constituent cette série sont le résultat de manifestations et d’actions ayant laissé une trace, nous renvoyant directement à ce qui est invisible à l’œil.

Ainsi, l’objectif de cette recherche est d’amener le spectateur à reconstituer une histoire, une scène, une action spéculative qui restent exclues du visible. Les traces deviennent donc des preuves qui témoignent de ces actions, nous renvoyant vers ces dernières plutôt que d’être des référents à ce qu’elles sont formellement, c’est-à-dire des taches et motifs créant une composition abstraite sur une surface donnée. Les taches rappellent des fragments répertoriés imitant des clichés photographiques ayant été pris sur une scène de crime.

Cette série d’images est divisée en deux catégories : les Impact Spatter Patterns et les Stain Paterns. La première catégorie, Impact Spatter Patterns, propose les High, les Medium et les Low Velocity Impact Spatters. La deuxième catégorie, les Stain Patterns, présente, quant à elle,  les Expiratory Patterns, les Swipe Patterns, les Ghosting Patterns, les Cast-off Patterns et les Transfer Patterns. Chacun de ces groupes réfère spécifiquement au type de traces observées et par conséquent, au type d’action ayant provoqué ces dites traces. De plus, en évoquant dans le titre des œuvres une différente force d’impact du médium sur la surface, je suscite forcément dans l’esprit du spectateur une réflexion quant à la source de ce qui précède le résultat, une méthode de décryptage. Ceci offre une possibilité de reconstitution narrative faisant référence au système d’analyse de scènes de crime policières. Inévitablement, la couleur vermillon du médium employé ainsi que ses caractéristiques propres fait référence à la matière suggérée du sang.

L’élaboration de ce travail s’inspire de faits divers qui témoignent d’actes violents et fait référence au sensationnalisme criminel issu de la culture de masse qui souvent est traité par le biais de la photographie. Ce type de démarche m’amène à travailler avec une résultante visuelle autre que photographique comme témoin temporel. Mon intérêt réside toujours dans le fait de vouloir réconcilier le spectateur non esthète avec l’art actuel et qui est souvent perçu comme hermétique par un langage pictural propre au mass media. Cette méthode de travail ou modèle propose une façon différente, mais viable, de critiquer et comprendre l’image qui s’appuie sur l’indice, la trace et le résidu.

___________________________________________________________________

In this specific body of work, I appeal to the aesthetics of the forensic method and the sensationalism of mass culture in order to present the general public with an accessible way to pry open the often hermetic shell of contemporary art. I thus provide a model for understanding art that relies on clues, obscurities, and residue.

This proposed series of images is divided into several sub-groups such as the High velocity Impact spatters and Cast-off spatters. Each of these sub-groups specifically refers to the type of evidence observed in forensic analysis and consequently the type of crime that could have caused the trace. My titles evoke different forces that impact the surface of the medium, and arouse in the viewer’s mind a curiosity about the crime or action which produced the mark. By using the colour vermilion to evoke blood, I create a parallel between art interpretation and bloodstain pattern analysis.

This project focuses on how the presence of the art object is an index and referent to what is absent. The objective of this research is to enable the viewer to reconstruct a history, a scene, a speculative action which is excluded from ‘the visible’. The images that make up this series are the result of events and actions that have left a mark, referring us directly to what is invisible. This project therefore creates a bridge between discourses of crime media and contemporary art.